CHARTE RENÉ FURTERER POUR UN KARITÉ ÉTHIQUE




À I'origine

Une belle rencontre

Source inépuisable d'actifs végétaux, la nature a toujours été à l'origine des grandes découvertes des Laboratoires Pierre Fabre. L'esprit pionnier qui nous anime depuis plus de 50 ans s'illustre par une démarche de développement responsable visant à valoriser et préserver le monde végétal en y apportant une culture pharmaceutique.

Quand en mars 2007, Nathalie Ouattara, jeune entrepreneuse burkinabé spécialisée dans la production de Karité, propose par simple lettre son « Or Vert », René Furterer décide de monter une filière d'approvisionnement en beurre de Karité au Burkina Faso.



Nathalie Ouattara, fondatrice de la SOTOKACC


L'échange des

connaissances

Toute une organisation doit être mise en place afin de rendre viable à long terme ce projet. Un audit mené par nos équipes, permet d'établir un constat objectif de la situation. La filière est non conforme aux exigences, mais ce verdict n'est pas rédhibitoire.

En optimisant la gestion, en rationalisant la production et en instaurant un suivi plus exigeant sur la qualité, la SOTOKACC peut être en mesure de fabriquer un beurre de tout premier ordre.



Première production,

première victoire

Au-delà des trois premières tonnes produites en 2009, la vraie victoire pour René Furterer est d'avoir su construire de vraies relations humaines solidaires. L'objectif de pouvoir produire un beurre de Karité d'une qualité inégalée est désormais atteint.

Ce beurre acheté à un prix supérieur à celui du marché permet d'améliorer le niveau de vie des femmes de la SOTOKACC, mais aussi de plus de 200 productrices et collectrices d'amandes.



Objectifs atteints

Depuis 2010, de nombreuses initiatives ont été entreprises afin de rentrer dans un processus d'amélioration continue. Point d'orgue de cette collaboration éthique, l'homologation du beurre de Karité a permis la signature du contrat liant les deux sociétés sur le long terme.

En juillet 2011, René Furterer a offert une presse mécanique à la SOTOKACC, qui rend désormais inutile l'étape fastidieuse de barattage et réduit ainsi la pénibilité du travail des femmes. Un nouvel audit a été réalisé afin de continuer à garantir la conformité des conditions de production avec les exigences de René Furterer.




Naissance

d'un projet éthique

Pionnier dans l'utilisation du beurre de Karité depuis 1983, René Furterer entreprend l'aventure du KARITÉ ÉTHIQUE avec deux préoccupations majeures :

- Garantir un beurre d'une qualité inégalée, conforme à notre culture pharmaceutique,

- Instaurer des relations solides et pérennes sur le long terme.

René Furterer se fixe alors pour défi de concilier ses exigences et le savoir-faire ancestral du Burkina Faso pour garantir l'origine, l'authenticité et la naturalité du précieux actif.









Une implication à long terme

sur la qualité et la sécurité

Dans l'analyse menée en 2007, il ressort que trois paramètres doivent
cohabiter : nos exigences de qualité très pointues, le bien-être des salariés de la SOTOKACC et la stabilité de son modèle économique.

La première phase est la mise en place d'une formation destinée aux collectrices d'amandes pour instaurer un tri manuel garantissant ainsi une qualité homogène des amandes. Un partenariat avec une structure locale est également créé afin de contrôler la qualité des amandes, mais aussi du beurre produit.





D'un point de vue écologique, les mentalités aussi ont évolué grâce à des actions de sensibilisation à la qualité et au respect de la biodiversité réalisées auprès des collectrices et productrices.

Cette collaboration éthique, permet désormais aux femmes burkinabés, seules détentrices de ce savoir-faire, de s'octroyer une réelle autonomie financière.