Ici comme ailleurs, le crescendo démographique bouleverse les modes de vie d'antan. Les nomades peulhs se voient chassés des espaces ancestraux qui accueillaient leurs vastes troupeaux aux cornes en forme de croissant de lune. De même la noix de karité ne s'offre plus aux femmes gracieusement comme autrefois, comme l'air que l'on respire. Le fruit du karitier est peu à peu devenu objet de propriété autocratique des pater familias. L'homme (le mâle) est entré dans la boucle. C'est avec les femmes de la famille que Nathalie continue à négocier le prix de la récolte, mais dorénavant avec l'assentiment du chef de famille. Nathalie doit surtout le convaincre d'abandonner l'utilisation exponentielle et ruineuse d'engrais et pesticides. Elle possède pour cela l'argument très convaincant d'offrir un prix au-dessus du marché pour une récolte 100 % bio… Ainsi, tout le monde est content !

L'ARBRE



Si le karitier n'est pas planté, à l'inverse du manguier par exemple, il est préservé par les petits cultivateurs et aimablement contourné par le soc des charrues. Nous promenant sur les petits chemins de terre rouge, nous longeons les parcelles agricoles qui tapissent l'entière campagne autour de Toussiana jusqu'aux moindres lopins entre les maisons du village, colonisés par des pieds de sorgho, de mil, de maïs ou d'arachides.

LE RAMASSAGE DES FRUITS


Je suivis ensuite Nathalie sur quelques heures de sentier jusqu'au groupement de Logo, composé de quelques petits hameaux de huttes aux toits pointus en palmes de rôniers. Nathalie achète en effet toute leur production de noix de karité rigoureusement éthique et exclusivement destinée à Furterer. Je pourrai ainsi observer tout le processus de transformation traditionnel depuis sa première étape et qui en compte dix-sept !

Mariam a épousé un type de Bobo et Sella a suivi son mari en Côte d'Ivoire sur une plantation de café. Elles reviennent au village à la moindre occasion. Comme toutes ces fillettes scolarisées à Toussiana, Bobo ou Ouaga, à l'image de Nathalie lorsqu'elle étudiait à la ville. Les vacances d'été ont commencé, la saison de la cueillette des noix bat son plein :
tout ce qui porte pagne est réquisitionné !

UNE PAUSE


Les fruits sont étalés dans la cour et abandonnés quelques jours au pourrissement naturel de leur pulpe. À ma connaissance, c'est la seule période de pause que s'accordent ces dames, bien sûr entre leurs sempiternelles tâches domestiques… Adjara, la fille de Sella, a suivi sa maman depuis la Côte d'Ivoire et prend aussi le temps de babiller avec ses cousines.